La musique a toujours été importante dans l’oeuvre cinématographique des frères Coen. The Dude écoutait Creedence Clearwater Revival, en voiture dans The Big Lebowski, et la bande son de O’Brother était un hommage à la musique du Mississippi. Inside Llewyn Davis nous plonge dans le New-York du début des sixties, au cœur de Geenwich Village, dans les clubs enfumés où la musique folk se taille la part du lion.

Llewyn Davis est un de ces gratteux qui cherchent à sa faire un nom, en chantant au Gaslight Cafe. Pas vraiment sympathique Llewyn, qui passe son temps à squatter les canapés des copains, en étant toujours fauché, et à la recherche de combines pour survivre. Même si l’histoire s’inspire de Dave Van Ronk, on y trouve aussi des ressemblances avec les débuts d’un certain Robert Zimmerman.

Comme toujours chez les frères Coen, le film est traversé de personnages hauts en couleur, avec une mention spéciale à l’un de leur acteurs fétiches, John Goodman, énorme en businessman névrosé et drogué qui règne en maître dans la voiture qui fait le trajet New York-Chicago.
De grands moments aussi dans l’appartement du propriétaire du chat dans l’Upper West Side, avec le look improbable des invités, une soirée où Llewyn est particulièrement odieux.

frères coen2

Film musical donc, et toutes les chansons sont jouées en entier, Oscar Isaac réalisant une grande performance vocale en chantant réellement ses parties musicales. Au hasard, car je ne vais pas vous raconter l’histoire, « Five Hundred Miles » (repris en France par Richard Anthony) fait penser à Peter, Paul & Mary mais aussi à Joan Baez, avec Carey Mulligan dans le rôle de la fille/amante déçue par le héros qui l’a mise enceinte par accident, un jouissif « Please Mister Kennedy » où notre Llewyn rate l’occasion de toucher des droits d’auteur. Et puis, quand Llewyn termine son tour de chant au Gaslight Cafe puis se fait rosser dans l’arrière cour, un homme à la voix nasillarde, s’accompagnant à la guitare et à l’harmonica joue « Farewell ». Le film/fiction se termine, place à la réalité et à l’arrivée de Bob Dylan.

Vous avez bien sûr compris qu’Inside Llewyn Davis est un grand film !

  • La Bande Originale

1. Oscar Isaac – “Hang Me, Oh Hang Me”
2. Marcus Mumford & Oscar Isaac – “Fare Thee Well (Dink’s Song)”
3. Stark Sands with Punch Brothers – “The Last Thing on My Mind”
4. Justin Timberlake, Carey Mulligan and Stark Sands – “Five Hundred Miles”
5. Oscar Isaac, Justin Timberlake and Adam Driver – “Please Mr. Kennedy”
6. Oscar Isaac – “Green, Green Rocky Road”
7. Oscar Isaac – “The Death of Queen Jane”
8. John Cohen with The Down Hill Strugglers – “The Roving Gambler”
9. Oscar Isaac with Punch Brothers – “The Shoals of Herring”
10. Chris Thile, Chris Eldridge, Marcus Mumford, Justin Timberlake, Gabe Witcher – “The Auld Triangle”
11. Nancy Blake – “The Storms Are on the Ocean”
12. Oscar Isaac – “Fare Thee Well (Dink’s Song)”
13. Bob Dylan – “Farewell”
14. Dave Van Ronk – “Green, Green Rocky Road”

  • La bande annonce

Bayou

Publicités