Le Metal Folklorique – Entre Tradition et Modernité

Nadège Bénard-Goutouly
Camion Blanc, Avril 2013. 174p.

Mettre des mots sur la musique Metal. Tenter de lui donner sens, expliquer ses mouvances, ses combats, ses identités… voici qui ne plaît guère à l’amateur jusqu’au-boutiste de ce genre musical. Comme il défendrait un territoire, l’amateur de metal aime à conserver sa particularité, à la garder secrète et « occulte », lui qui aime paradoxalement se plaindre du manque d’exposition dans les médias de sa musique de cœur. Pourtant, depuis une dizaine d’années, fleurissent des publications, le plus souvent universitaires, qui tentent de défricher cette mouvance plurielle qu’est le Metal majuscule.

En choisissant d’explorer le metal folklorique, ses sources et ses ramifications, Nadège Bénard-Goutouly fait bien plus qu’étudier à la loupe cette branche du metal. En effet, si l’on regarde bien plus loin que les kilts, le dénigrement des sociétés contemporaines et les bouzoukis, on trouve dans le folk metal tous les signes et les codes qui permettent à l’amateur de metal de construire son identité intimement lié à cette musique qu’il chérit tant. Diplômée en sciences politiques, ancienne journaliste au sein de l’équipe de Hard Rock Mag (2000 – 2004) la jeune trentenaire, metalleuse jusqu’au bout des ongles tout comme son cher et tendre, Nicolas Bénard, dont les publications ont sans doute participé à épancher la soif de metalleux curieux, propose un ouvrage transversal, emmenant les folk-metalleux sur le terrain de la sociologie, de l’histoire, de la spiritualité et même de la politique. Un travail de fond poussé et érudit, fort agréable sur la forme. Peu avare en exemples concrets et en extraits d’interview, l’ouvrage de l’auteure devrait permettre aux amateurs de folk metal d’en apprendre plus sur les rouages d’un genre qui ne livre ses secrets qu’au compte-goutte, favorisant souvent le régionalisme linguistique à la mondialisation anglophone ce qui, c’est une évidence, n’aide pas à saisir le sens des textes chantés (ou hurlés, c’est selon) par les artistes de cette scène.

De l’idolâtrie d’une figure fantasmée du Viking (ou du guerrier celte, chacun choisit sa référence) au rejet d’une société hypermoderne qui détruit les identités et les particularismes, Nadège Bénard-Goutouly traite de tous les aspects du metal folk, et des inspirations de ses acteurs. Bien entendu, de par son importance, c’est la scène pagan metal qui se voit traitée en profondeur, mais l’auteur ne néglige pas pour autant le metal celtique et oriental, qui bénéficient de l’engouement de très nombreux adeptes. Évitant de « casser » gratuitement les apôtres d’un « c’était mieux avant » (non, ce n’était certainement pas mieux au temps des Vikings) ou les mordus de l’aspect belliqueux de cette musique (Non, les Celtes Écossais ne passaient pas tout leur temps à courir au cul des Romains autour du Mur d’Hadrien !), l’auteure met en exergue ce faux paradoxe qui habite les folk metalleux, souvent nostalgiques de temps ancestraux, mais extrêmement dépendants des progrès technologiques. Si certains outils utilisés pour soutenir et mesurer son propos peuvent déjà paraître désuets (le déclin de la plateforme Myspace rendant caduque la démonstration sur la dépendance des groupes envers les outils de communication modernes), il y a une véritable profondeur et une retenue appréciable dans l’analyse de l’attrait des artistes pour cette branche du metal. Des sautillants Korpiklaani à la place grandissantes occupée par les artistes folk metal sur les affiches des festivals depuis le début des années 2000, Nadège Bénard-Goutouly se fait le témoin éclairé de l’essor et de la grandeur d’un style hétéroclite. Car le folk-metalleux peut être un nationaliste stupide, un amateur de belles mélodies, un païen pacifiste ou un danseur en kilt ! Un joyeux bordel en somme, que l’auteure déchiffre avec perspicacité et recul.

Amateurs de Bathory (un long passage lui est consacré), de Subway to Sally, de Mago de Oz ou d’Orphaned Land, n’hésitez pas à lire, tout en écoutant votre artiste favori, cet ouvrage éclairé qui donne une matière supplémentaire permettant la compréhension d’un genre dont les codes évolutifs témoignent d’un foisonnement d’idées et d’idéologies aussi diverses qu’intrigantes. L’ouvrage idéal pour donner sens à vos écoutes.

Gegers

Publicités