Mojo, fête ses vingt ans d’existence et sort son deuxième album studio. Une bonne occasion de poser quelques questions à Jipes, le chanteur-guitariste de la formation…

Salut Jean-Pierre, on va évoquer le deuxième album de Mojo qui est sorti le 14 juillet 2015, mais au préalable, peux-tu nous faire un historique du groupe, qui a vingt d’existence ?

On s’est rencontré grâce à une Jam Session que j’animais au Café des Arts depuis 1995. Après deux ans j’ai laissé tomber et le patron du Bar a embauché Mitch et Raphi pour assurer la rythmique. Je n’avais pas grand-chose à faire le mercredi soir, alors je suis venu participer et puis on a commencé à jouer en trio (chose que je n’avais jamais osé faire avant) et ça roulait pas mal alors ils m’ont proposé de monter une formation avec eux c’est comme ça qu’on a démarré en 1996. S’en sont suivis de nombreuses premières parties et des concerts de bars en Pubs en petits festival en Alsace, Suisse ou Allemagne frontalière. On en est à plus de 300 concerts quand même.

Comment s’est déroulé la gestation de cet enregistrement ?

Après le succès d’estime du premier album Never Too Late (on en a vendu quand même plus de 300), on a eu petit à petit l’envie de remettre ça en prenant plus de temps car le premier album avait été enregistré en 1 jour et demi et sans aucun invité.

Sur cet album, beaucoup d’invités dont des cuivres et des chœurs, est-ce facile de travailler avec un groupe plus étoffé ? Et de coordonner le tout ?

En fait les invités sont tous des musiciens avec qui on a partagé la scène soit au sein de Mojo de façon occasionnelle ou bien dans d’autres formations. Pour ce qui est des arrangements et de la coordination ça s’est déroulé sans encombre. On se connait et la base du trio est tellement solide que c’est facile d’ajouter un instrument ou deux de plus. On a rien répété on a envoyé direct dans le studio et une ou deux prises en général ont suffi !

Je trouve que ta voix a énormément progressé, elle est plus assurée, mieux posée. Qu’en penses-tu ?

Si tu me demandes à moi je te dirais que j’ai toujours autant de mal à m’écouter mais je me soigne Lol ! C’est vrai que tous les retours sur le CD font état de ma progression au chant. Peut-être est-ce l’âge ?


Parle-nous des harmonicistes qui sont vraiment excellents

Philippe Hammel dit « The Fox » est un ami de longue date qui nous a rejoints sur scène à de nombreuses reprises (la dernière fois au BAG à Genève). Il est non seulement un excellent harmoniciste mais également multi instrumentiste et chanteur. C’est lui qui m’a initié au Jazz.

Pour Marc « General » Lehmuller c’était un membre de longue date des Jams du Café des Arts. On s’est suivi, retrouvé, réuni parfois en duo et maintenant en trio dans un groupe Gospel Blues les SoulHunters. C’est également un fan d’amplis à lampes qu’il construit lui-même, il m’a déjà dépanné mainte fois !

Rentrons dans le détail et commençons par le titre « Southbound » que tu as écrit. Il sonne particulièrement bien. Tu en a d’autres en préparation ?

Merci je suis assez fier de ce morceau je voulais faire un clin d’oeil à Jimmy Rogers et son Chicago Bound. L’idée c’est un Bluesman qui en a marre des hivers rigoureux de Chicago et de son vent glacial et qui décide de faire le chemin à l’envers de ces ancêtres qui étaient partis du Sud vers le Nord. Je compose beaucoup et je garde peu. Mon principal souci c’est de me rappeler comment ça se joue lol !

J’ai encore 3 ou 4 compos qui seront probablement sur le prochain album de Mojo New Line

Les autres morceaux sont des cover, et on retrouve les grands du blues mais aussi une forte diversité dans le choix de SRV à Elmore James, Professor Longhair, BB King,…quels sont les autres titres que vous interprétez en live ?

Il y a du Albert King, Lucky Peterson, du Fenton Robinson, du Tab Benoit. Il faut dire que je suis accro à la musique de la Nouvelle Orléans ceci explique cela. La Set List va d’ailleurs évoluer pas mal avec la nouvelle formation et intégrer plus de compos.

Et le morceau de Ry Cooder ?

C’est un des titres extraits du Bop Till you Drop à mon avis l’un des sommets de la carrière de Ry même si il ne l’aime pas trop à cause du son en digital (ce fût le premier enregistrement tout en digital). J’ai toujours admiré cet artiste pour sa façon de réunir Gospel et Blues voire même de conjunto mexicain dans un même creuset et en faire un torrent d’énergie et de Soul.

Certains morceaux ont vraiment « la patte » Mojo (« Messin’ with the kid », « Woke Up », « Let Me Love You »)? Comment se passe la mise en place avec le groupe ?

C’est flatteur de dire que les morceaux ont une patte c’est le but du jeu faire découvrir des titres pas forcément connu et en même temps payer notre tribut aux grands anciens. En studio c’est en général assez spontané. Pour la compo de Christian on a répété deux fois, par contre pour ma compo Southbound on a crée le pont et refrain directement dans le studio avant de faire une prise. A vouloir enregistrer parfaitement chacun à son tour on perd l’essentiel l’âme, alors je préfère qu’on fasse des pains mais qu’il y ait de la vie. On a fait les rythmiques et les voix témoin tous ensemble. On a rajouté ensuite la voix définitive et les solos de gratte.

Christian Descamps (leader de Ange) chante sur une de ses chansons arrangée par le groupe. Comment s’est déroulée cette rencontre ?

Mitch est un ami de longue date de Christian et comme nous avions déjà fait la première partie d’Ange je le connaissais un peu. C’est un artiste incroyable avec un charisme et une présence hallucinante je me sens minuscule quand je l’entends ! On a lui demandé si il voulait bien écrire un texte suite au décès brutal de notre ami commun Claude « Chouchou » Demet qui nous avait enregistré dans son studio à Gray pour Never Too Late. Christian a accepté avec enthousiasme et puis il a été plus loin en nous offrant également une musique. Ensuite on a réarrangé ça à notre sauce en le jouant plus Jazzy (dans l’esprit). Je suis heureux du résultat Chouchou doit de régaler de là-haut en l’écoutant !

Un troisième album est-il envisagé ? Si oui pour quand ?

Par pitié pas avant quelque années (on sort de sessions disséminées sur 2 ans ) maintenant il faut tourner pour faire connaître ce deuxième album. Ensuite on verra ! La formation ayant accueilli Pierrot Bauer comme nouveau batteur depuis juillet dernier (le combo a été renommé Mojo New Line) je suis certain qu’on aura envie de faire un disque ensemble mais on va laisser passer une paire d’années ;o)

Bayou

Advertisements